Logo_PT
cvsm_o_dilema_do_agradecimento_header_desktop
cvsm_o_dilema_do_agradecimento_header_mobile

Circulaire d‘août de 1981

Circulaire d‘août de 1981

LE DILEMME DU REMERCIEMENT

Aux heures du jour où une conjonction planétaire détermine l’anniversaire de naissance d’un Professeur, considéré aussi par tous, un Maître en Philosophie, se déroule un hommage, parfait, grandiose et singulier, où la personne à qui l’on rend hommage est comparée à de grands personnages de l’Histoire, et reçoit des présents dignes de ceux qui sont offerts aux dieux. Un remerciement se fait nécessaire.

-Quelle excellente opportunité et avec quel plaisir vous devrez remercier, vu la facilité avec laquelle les éléments se présentent pour telle occasion!

-Ô pauvre âme mortelle, justifiant encore l’énorme apprentissage qu’elle devra acquérir! Vous ne percevez donc pas que je me trouve devant une des tâches les plus difficiles auxquelles j’ai été confronté dans ma vie?

– Je ne comprends pas, Maître, quelle tâche, quelle difficulté?! Est-ce que par hasard, vous faites allusion à quelque difficulté dans l’acte de remercier?

– Exactement, mon cher disciple. Et, pour vous éclairer, je vais vous mettre au courant de mon raisonnement : la position de premier plan, la position d’honneur où vous m’avez placé et qui certainement occupe le mental de qui me rend hommage, est élevée, digne uniquement d’un Philosophe, d’un dieu. Or, les Philosophes, les dieux, les personnages de cet ordre de Grandeur, savent et ont pour Principe l’Humilité, leur vertu la plus notoire. Donc, respectant la raison de l’hommage, je ne dois et ne peux l’accepter, puisque qu’en acceptant et en remerciant je priverais de sa vertu celui qui reçoit l’hommage. Je ne serais, alors, pas autorisé, par la propre raison de l’hommage, à recevoir l’hommage.

En d’autres mots, mon cher disciple : Le Maître Philosophe a pour vertu la Sagesse pleine et l’Humilité. Où serait la Sagesse si l’Humilité disparaissait? Où serait la Philosophie, si le Philosophe ne suivait pas ses Principes? Et le Philosophe, existerait-il?

Je réitère : Je ne peux ni ne dois remercier un hommage d’une telle grandeur. Si, néanmoins, j’observe qui me rend hommage, je vérifierai que ce sont mes propres élèves! Et là, les choses se compliquent! Comment pourrait un Professeur ne pas remercier, ne pas accepter, un hommage de ses propres élèves? S’il n’accepte pas, il sera en train de nier l’approbation de ce qu’il enseigne. Il révoquera l’autorité qui, par elle-même, enseigne. Il sera en train de détruire le numéro 1 générateur du 2, 3, 4, etc… Il annulera la raison d’être de l’Exemple, manifesté par ceux qui transforment l’apprentissage en Action. Finalement, il décaractérisera les figures du Professeur et de l’Élève. Donc, ainsi considéré, je dois remercier l’hommage.

Vous percevez maintenant, ô disciple, le conflit devant lequel je me trouve, principalement si je vous rappelle que l’objet de l’hommage est le Professeur et Maître en Philosophie, lui-même, et qu’en remerciant ou en ne remerciant pas, je détruis, des deux manières, dans le même objet, quatre figures?

– Quatre, Maître? Je n’en vois que trois : Le Philosophe, le Professeur, et les Élèves. Vous avez dit “quatre”?

– Oui, j’ai dit « quatre » et la quatrième figure est représentée par l’Espoir. Espoir présent chez beaucoup, dans l’Humanité, de devenir un des trois.

– Maintenant, je suis d’accord avec vous, Maître, c’est un problème insoluble, et je ne souhaiterais pas d’être dans votre position.

– Sachez donc, ô disciple, que vous devrez un jour souhaiter d’être dans ma situation, et ce jour- là, sera le jour où vous saurez que cette situation n’est pas insoluble, parce que vous aurez déjà considéré l’existence du Royaume de Toutes les Possibilités, rendant inviable l’impossible.

– Par la barbe de Noé! Dites-moi alors, Maître, comment faire ce remerciement, pendant que je prie les dieux de m’accorder la capacité de comprendre…

Le Maître, à tous les présents : “ Je remercie l’hommage qui m’est rendu en cet instant. Cependant, je considère comme ‘présent’ non pas l’hommage, mais plutôt ceux qui me rendent hommage, lesquels m’ont été donnés en cadeau par un Être Suprême, qui dans Sa méritoire campagne, dirigée au peuple de la Terre, m’a choisi comme Guide, me donnant la permission de m’utiliser de sa Philosophie. Et, dans Sa Grandiosité, Il a de plus permis que cet ensemble assimile et manifeste tous Ses Enseignements, comme il en est, aujourd hui, montrant encore une de ses Vertus: celle de Professeur. Donc, avec Humilité, je remercie Dieu, parce que je vous accepte, vous et autant d’autres qui viendraient désireux de suivre ce chemin. Mauvais, Bons, c’est le milieu que je mérite pour ma mission”.

Dr. Celso Charuri

Dr. Celso Charuri

Idéalisateur et Fondateur de PRÓ-VIDA

Textes précédents

1980

Un jour il n’y aura pas d’ombre, parce que la

Le 27 Janvier 1980

Lorsque, en harmonie musicale, vous placez un accident, cela augmente beaucoup plus la créativité et le pouvoir par rapport aux ensembles harmoniques. (…)

1980

Un jour il n’y aura pas d’ombre, parce que la lumière ne le permettra pas. Un jour il n’y aura personne avec des

error: Conteúdo reservado ao Site da PRÓ-VIDA.

X